Mets du GREEN dans ta COM’ !

Logo de la communication verte
Picto loupe

Quelle que soit votre activité, il est naturel de produire des déchets. Ces derniers peuvent être des papiers, des cartons, du verre, du bois, du plastique, des végétaux, etc. Vous avez le devoir de qualifier vos ordures, les trier, les stocker dans un contenant adapté et de confier cette gestion à un prestataire agréé, spécialisé dans la collecte et le traitement tous vos déchets. 

Réduire le volume de vos déchets est essentiel

Les entreprises françaises produisent 21 % des déchets, selon l’ADEME, ce qui représente tout de même 72 millions de tonnes. Seulement 60 à 70 % d’entre eux sont recyclés. Le tri sélectif et le recyclage représentent un enjeu écologique et économique important. De ce fait, en tant que professionnel, vous devez respecter les lois en vigueur. Vous devez améliorer la gestion de vos déchets dans le but d’en réduire le volume et d’en assurer leur recyclage. Pour ce faire, vous pouvez faire confiance à un prestataire agréé. Celui-ci pourra vous proposer un audit, et ce, que vous exerciez dans l’hôtellerie-restauration, distribution, événementiel, industrie, automobile… Vous bénéficierez d’un accompagnement adéquat qui vous aidera à mieux traiter vos déchets. 

Des règles strictes

Les entreprises sont responsables de leurs déchets jusqu’à leur valorisation finale ou leur élimination. Pour cela, vous devez trouver un prestataire en mesure d’optimiser cette gestion, d’étudier et d’analyser vos problématiques de tri. Grâce à un audit, il trouvera la solution adaptée à vos besoins et vous fournira le matériel approprié. Selon le Code de l’Environnement, vous devez qualifier vos déchets et les trier. Les poubelles de tri sont obligatoires, mais il faut vraiment adopter les bons gestes. Les différents déchets doivent être entreposés dans un contenant adapté et sécurisé. En cas de non-respect de ces règles, vous risquez des sanctions administratives comme une amende ou une injonction. En cas de situations graves, vous encourez une peine de prison pouvant aller jusqu’à 2 ans et 75 000 € d’amende.