Mets du GREEN dans ta COM’ !

Logo de la communication verte
Picto loupe

Cosmétiques et respect de la loi : ce qu’il faut savoir

Les cosmétiques sont des produits qui font partie de notre quotidien, que ce soit pour se maquiller, se parfumer ou se laver. Ceci nous pousse de fait à être vigilants sur leur provenance et leur composition et en tant qu’entreprise, nous avons de grosses responsabilités lors du lancement d’un nouveau produit. Dans cet article, on vous en dit plus sur le règlement cosmétique et sur les procédures à respecter afin de s’assurer d’être dans les clous sur la réglementation en vigueur.

Quelles normes sont à respecter en cosmétique ?

La réglementation européenne sur les cosmétiques est définie par le règlement (CE) n° 1223/2009 du Parlement européen et du Conseil du 30 novembre 2009. Comme vous pourriez le deviner, celle-ci vise avant tout à garantir la sécurité des consommateurs, mais aussi à harmoniser le marché intérieur des produits cosmétiques. Car si chaque pays européen agissait selon ses propres règles, il serait bien plus complexe de s’y retrouver. Voici les principales obligations que le règlement cosmétique impose aux fabricants et aux distributeurs :

  • Déclarer la composition et l’étiquetage du produit cosmétique.
  • Réaliser une évaluation sur la sécurité du produit en question.
  • Tenir à jour un dossier d’information sur le produit avec toutes les informations pertinentes (contrôle qualité, évaluations…).
  • Respecter certaines règles de bonnes pratiques et les restrictions.
  • Informer les autorités compétentes si des effets indésirables potentiellement graves ont été signalés par les consommateurs.

Quels tests sont réalisés sur les cosmétiques ?

Les tests sur les produits cosmétiques ont pour objectif de vérifier leur innocuité, leur efficacité et leur qualité. On distingue alors les tests de tolérance, les tests d’efficacité, les tests microbiologiques et les tests de chimie analytique. Ceux-ci peuvent être réalisés sur certains des ingrédients en cas de doute, mais à l’heure actuelle, c’est surtout sur le produit fini qu’on les effectue. Que ce soit des tests in vitro, in vivo ou ex vivo (sur des échantillons humains), on s’assure à chaque fois que le produit ne présente pas de risques pour la santé humaine.

D’autre part, on regarde s’il remplit sa fonction principale et qu’il conserve bien ses caractéristiques dans le temps. Bon à savoir : depuis 2013, il est interdit de tester les produits cosmétiques sur les animaux dans l’Union européenne.

Que faire en cas d’effets indésirables rapportés sur vos cosmétiques ?

Venons-en maintenant aux effets indésirables dont on a fait mention dans le règlement cosmétique. Pour rappel, ce sont les réactions anormales ou inattendues qui se manifestent sur la peau, les yeux, les muqueuses, les cheveux, les ongles ou encore les dents. Ils peuvent être de nature allergique, irritative, infectieuse… Autant dire qu’il s’agit d’un domaine très complexe et qu’on ne peut pas se permettre de minimiser les faits lorsqu’ils s’accumulent. Si un ou plusieurs effets indésirables vous ont été signalés, voici comment procéder :

  • Ne minimisez surtout pas la plainte. Même si vous estimez que c’est insignifiant, veillez à accompagner le client comme il se doit. Avec les réseaux sociaux, cela se retournerait contre vous de toute façon.
  • Demandez des informations précises afin d’investiguer de votre côté sur les origines des effets secondaires.
  • S’il s’agit d’un effet indésirable grave, contactez sans plus tarder les autorités compétentes. Il faudra aussi informer vos autres clients et retirer le produit du marché si nécessaire.